Mouvement relationnel « Authentic Movement »

Mouvement Relationnel

 Mouvement Relationnel, « authentic mouvement », outil d’exploration du mouvement de  la relation.

« Authentic Mouvement  est une pratique développée par Mary Starks Whitehouse, psychanalyste jungienne américaine, pionnière de la psychothérapie par la danse. Joan Chodorow et Janet Adler  ont poursuivi l’approfondissement de cette pratique et contribué à la formation de nombreux danse-thérapeutes américains et européens.

Cette approche est une des applications du principe de « l’imagination active » développée par Jung.

1 – Quelques principes de base

D’un point de vue pratique, le processus s’appuie sur la dynamique de la relation créée entre  une personne en mouvement ( « mover ») et un témoin immobile (« witness »).

La personne en mouvement prolonge ses ressentis, émotions, images par le mouvement.

Le regard et la présence du témoin sont essentiels à l’émergence du mouvement.

Présence immobile et contenante du témoin et mouvement du « mover » constituent les deux pôles de la relation.

2 – Description de la forme de base

La forme de base en duo comporte deux phases : une phase silencieuse de mouvement et une phase de parole.

Dans la première phase, pendant une durée prédéterminée et en silence, la personne en mouvement se laisse conduire par ses ressentis, sensations, images ou émotions. Elle se laisse guider par ce qui émerge en elle.  Le résultat est un mouvement visible ou invisible, perceptible ou non par le témoin.

Pendant ce temps, la personne assise  en bordure de l’espace est témoin à la fois du mouvement de son partenaire et de ses propres ressentis ou sentiments. Présent et disponible, sans évaluation ou jugement, elle accueille le mouvement de l’autre et sa propre dynamique interne.

Le travail se passe sans stimulation externe, musique ou induction de l’animateur.

3 – Développement en groupe

A partir de cette forme de base, diverses configuration existent pour une expérience en groupe.

L’expérience est transformée par la dynamique du groupe des témoins et de celle des « movers », en particulier par les interactions éventuelles entre « movers ».

4 – Applications

Se rendre disponible et à l’écoute de sa propre dynamique interne tout en étant en relation à un autre constitue une démarche pédagogique riche au profit de multiples finalités : détente, méditation, développement personnel, créativité, exploration des phénomènes de groupe…

Alton Wasson et Daphne Lowell ont nommé cette pratique « contemplative dance ». Cela souligne la dimension contemplative de la pratique : présence et disponibilité à ce qui advient dans l’ici et maintenant.

Pour des personnes qui ont des difficultés  de concentration dans une pratique méditative immobile, cette mise en mouvement de l’écoute interne facilite la relation à son espace intérieur.

La disponibilité et l’écoute intérieure sont aussi une ouverture à la créativité dans le cadre d’activités artistiques. Cette démarche  est utilisée par des chorégraphes.

Cette approche peut entrer dans la catégorie des « danses-thérapies » par l’exploration de l’inconscient et de la relation dans le cadre d’un travail individuel ou en groupe. L’intégration verbale prend alors une place plus importante.

Cette pratique peut servir de cadre à l’exploration d’une dimension groupale transpersonnelle.

Cette approche nécessite de préciser le dispositif dans lequel elle s’inscrit. Finalités et cadre orientent la pratique.